top of page
  • Photo du rédacteurArthur Goodwin

Les HOTSPOTS de biodiversité, les "Cabanes à insectes" réinventées

Pour qu’une forêt soit richement vivante, il faut non seulement une diversité importante d’arbres, mais également de toutes les plantes et organismes qui résident au pied de ceux-ci.


Quand on plante sur des terres qui ont jusqu'à présent été utilisées pour faire du foin, on repart de zéro : il n’y a aucune diversité de sol, seulement de l’herbe. Ces terrains constituent une base pauvre en bio-diversité.


C’est pourquoi nous avons récemment commencé à mettre en place ce que nous appelons des "Diversity Hotspots" (zones intensives pour la biodiversité).


Ce sont des zones expérimentales dédiées à la biodiversité, comparables au maisons à insectes que l'on voit dans les jardins, mais donnant refuge à d'autres espèces, mammifères, et champignons.


A quoi ressemble un Hotspot de biodiversité ?

L'un de nos hotspots


Ce sont des espaces d’environ 40 m² ou on fauche l’herbe à la main puis on divise cet espace en quatre zones de 2x5 mètres.


  1. La première zone est un témoin, ou ne plante rien afin de pouvoir observer l'utilité des autres zones.

  2. La seconde zone est semée de graines de fleurs sauvages afin d’attirer les insectes pollinisateurs.

  3. La troisième zone est recouverte d’une bâche plastique, ou on remplace ensuite des blocs de terre “pauvre” par des blocs de terre plus riche venant d’une partie bien établie de forêt.

  4. Enfin, on subdivise la dernière zone en cinq espaces de 2x1 mètres :

- On arrange un tas de pierres, gravats et tuiles : cela attirera des lézards, serpents et mille pattes, entre autres ;

- On pose aussi un tas de foin qui enrichira le sol avec le temps et qui offre un refuge à divers insectes ;

- On empile un tas de bois et branches afin d’attirer des petits mammifères tels que des musaraignes et hérissons ;

- On pose un morceau de tôle ondulée qui permet d’avoir un système de tunnel pour les souris ;

- Et finalement on creuse un trou qu’on remplit de feuilles mortes afin de favoriser la présence de champignons.


Le résultat attendu de ces activités est de stimuler la diversité dans une zone qui n'en avait auparavant aucune. Nous ferons un compte rendu à l'avenir !


Avez-vous déjà essayé quelque chose de similaire ? Que rajouteriez-vous à un hotspot pour favoriser la biodiversité ?



Valentin fauchant une zone "hotspot"

33 vues0 commentaire

Comments


bottom of page